Recueil d'histoires anciennes

Venez écrire des histoires ou contes concernant l'évolution des deux camps dans le jeu.

Recueil d'histoires anciennes

Messagepar Domenico » Dim Mai 24, 2009 4:00 pm

Mes toutes premières histoires de l'ancien forum ...
Le jeune Zi a écrit:Qui ne connait pas Zi le Rat ?
Pas grand monde.
Mais qui connait son histoire ?
Pas grand monde.

Née du mélange entre rat et humain, Zi est née d'une mère non-accouplée qui avait occupé pendant 5 ans un cadavre humain en décomposition dans les égoûts Yung Weigiens. Lors de sa naissance, sa mère mourra, laissant derrière elle un petit rat sans poils, aveugle et affamé. Zi dut sa survie à la mère de Si qui l'avait trouvé au bout de quelques heures. Avec le temps, le jeune Rat grandit de facon incroyable telle que Sièna, la mère de Si, l'abandonna à l'âge de 4 ans sur un autel de Pak Long.
Mais ce dernier ne se soucia pas d'un rat dans son armée, surtout un rat aux yeux noirs. Mais le jour où il déserta, Pak Long s'en mordi les doigts. Hak,lui, accueilla Zi à bras ouvert
Le dragon avait remarqué sa présence et le potentiel de guerrier du rat l'impressionna.
Hak Long accéléra sa croissance et sa force. Pendant la guerre de Yaosi, Zi était piquier du second rang. Il prit le commandement du groupe de Sangriars lors ce que son lieutenant fut emporté par un tourbillon de flammes. Étonné par le courage et la capacité à s'occuper d'une équipe, Zi recu la médaille de l'honneur par Gros Choon et fut promu au rang de Chef dans les bois.

Grarlok, ou l'histoire dun sangriar poète a écrit:Grarlok est, de nos jours (221 après la bataille de Yaosi), le plus faignant des sangriars. Il dort, puis mange, bois ensuite et se rendort. Mais il ne fut pas ainsi toute sa vie. Né en 20 av. BY (bataille de Yaosi), il était un petit sangriar jeune griffes, toujours prêt à aider quiconque, en plein apprentissage de combat. Petit déjà, il fut l'un des seuls sangriars qui avaient un sens poétique. A l'âge de 20 ans, âge du début de la puberté chez son espèce, il fut forcer de partir à la guerre. N'ayant pas terminé son education, il fut blessé au bras gauche par un aviakahn aigleton blessé nommé Karaha. L'avancé des guerriers sangriars continuait, laissant les deux novices blessé au sol. Grarlok remarqua tout de suite que l'oisillon à sa droite souffrait de blessures d'acide sur les deux ailes. Il emmena l'aviakahn inconscient pret d'une grotte où il lava sa plait (la sienne ! pas celle de Karaha !). Sentant l'odeur noséabonde de la chair en décomposition et entendant les légères plaintes de l'aviakhans toujours évanoui, il lava ses plaies et posa l'oiseau sur un rocher. A son réveil, le jeune Yaosiens remarqua que ses ailes était nettoyées de horrible crachat et vit qu'un jeune sangriar, assis en tailleur et blessé à l'un des bras le fixa sans dire un seul mot. Un long moment, aucun des deux ne vit quoi que ce soit. Jusqu'au moment où une ombre noire fondit sur eux : un aviakahns combattant aveuglé par le souffle toxique d'un sangriar Shaman, hurlant de douleur fonça sur le jeune sangriar et le griffa profondément dans son épaule droite. Le jeune griffes s'évanoui sur le coup.
Losqu'il se réveilla, l'aigleton au plumage or venait de lui envoyer de l'eau avec une feuille. Le combattant était mort, s'étant écrasé contre un rocher quelques mètres plus loin. Le jeune griffes tendit une main à l'oisillon. Celui ci eu un mouvement de recul, mais tendit ensuite son aile. Une tempête de feu survenu alors de l'Est. Le sangriar se jetta dans le cour d'eau mais l'aigleton fut emporté. Frustré d'avoir perdu son sauveur qu'il avait lui même sauvé, il s'exila et refusa toutes les guerres durant 50 ans.
Mais un jour, il recontra un magnifique aviakahn combattant au plumage doré. Les deux se reconnurent, mais un éboulement emporta le guerrier. Maintes années plus tard, lors de la bataille des montagnes qui opposa sangriars et aviakahns, Grarlok travailait comme infirmier. Il trouva, à la fin de la bataille, une poignée de plume or tachées de sang. Ce jour là, son coeur, brisé par la mort de son ancien ami, se referme. Il oublia la poésie, devint égoïste et brutal. De ce jour, il travailla à l'armée comme recrue de premier rang. Depuit l'appartion des moshus, il devint inactif, restant lieutenant, mais ne se battant plus que par occasion. Il dormait, se bagarait, mangeait et buvait. Il refusa des amitiés et devint le sangriar le plus haï des autres sangriars et un tueur d'aviakahn au sang-froid et sans-coeur ni pitié.

Passé et avenir a écrit:Il y a, loin du regard des hommes, une contré où vivaient et jouaient les moshus. Ces moshus avait la particularité d'avoir des gènes modifiables qui s'adaptaient à leurs besoins et à leur environnement.
Pak Long, le dragon blanc, les avaient séparé des humains, trop idéalistes et belliqueux. Seuls les dragons et puissants mages savaient invoquer et soumettre les moshus. Il fut un jour un apprenti mage qui portait le nom de Fu N'Oshi. Il avait trouvé dans l'ancienne bibliothèque comment rendre les moshus indépendant. Mais avant qu'il ne put passer à l'acte, Hak Long, l'alter ego de Pak Long revint des ténèbres où Pak Long l'eu enfermé jadis. IL se déchaina sur les villages aux allentours jusqu'à ce que Yong Wei fut l'unique refuge.
Pak Long invoqua alors des hordes de moshus, sacrifiant de sa puissance pour les faire venir. Fu N'Oshi, ne sachant rien de tout cela, utilisa le sortilège de l'indépendance sur un patin. Celui-ci commença à vivre et fini par fuir son maître. Il courru vers la mer et s'y noya.
Les moshus en chemin se séparèrent en 4 groupes : un traversait les marais gelés; un autre passait par le tunnel sous les montagnes; le troisième prit la voie des aviakhans et le dernier traversait les grottes volcaniques sous les marais gelés.
Hak Long sèmmait la terreur sur les habitants de Yong Wei, les poussant à abandonner le dragon blanc en échange de la vie sauve. Les bataillons furent commandés par Wei et Shen. Mais, en échange de pouvoir magiques, le bouc se soumit au dragon noir. Les hordes de moshus s'affrontaient et se fatigaient. Les 2 camps étaient de la même puissance et nul ne pouvait vaincre par la force des moshus. Pak Long était retourné dans son bastion pour recouvrir ses forces et Hak Long suivait la bataille depuis les ténèbres.
Assoifé, un moshu du nom de Sai Lung tomba sur la patin noyés. Ce dernier se dissout dans l'eau. Les moshus venu pour se rafraichir devinrent indépendant à cause du sortilège qui s'était propagé par l'eau. Les moshus cessesaient alors de se battre et lièrent d'amitié les habitants du village. Ceux-ci les firent grandir et rendre plus puissant encore. Le temps passait et les blancs regagnaient du terrain. Sai Lung était devenu un moshu craint, reforcé par le pouvoir de son maitre qui faisait appel aux alter-ego des moshus faibles et transphèrait leur puissance sur Sai Lung.
Mais les noirs n'étaient pas inactifs; ils signalèrent leurs défaite à Gros Choon, le plus cruel des Sangriars, démons à l'aspect terrifiant.
Pak Long avait retrouvé ses forces, mais au lieu de combattre, il fit venir Plume Argent et Askahn Crochebec, les lieutenant des Aviakahns, oiseaux mythiques à l'haleine de feu et au bec d'or. Les ravages devinrent encore pire.
Les moshus les plus puissants se construirent des armures à base de tendons et de soie et confectionnaient des pillules magiques aux pouvoirs énormes. D'autres collectionnaient les dents et les plumes de ceux qui tuèrent. Ils en firent des colliers aux vertus étranges, aggrandissant la haine de l'autre camp.
Les sages du village découvrirent alors que Fu N'Oshi était responsable des horreurs faites par les moshus devenu indépendant et cruels. Pour éviter un retrait de pouvoir, il fuit avec son Pyrosho et ne revint plus.
Alors que les noirs criaient victoire, Ouahi, un homme mystérieux et puissant surgit de nullepart. Avec son fidèle Nagasho Bonobo, il repoussait les hordes noires et menait les blancs vers la victoire. Cependant, un autre moshu surnommé Gentilvince, offrit son corps à Hak Long en échange d'être fatigable et immortel.
Lors de la grande bataille des montagnes sacrées, Bonobo tomba. Ouahi le secourut, offrant son âme pour que son moshu vive. Dès lors, le Nagasho le plus puissant disparu comme il avait apparu.
La guerre fait rage depuis plus d'un an maintenant. Sur le front, les moshus super-puissants se battent mais nul ne gagne. Peut-être que l'espoir réside dans un mosho, peut-être dans Libano, qui sacrifiait son corps ancien pour un nouveau pur. Nul ne le saura jamais.
Car cette victoire appartient aux moshus et non aux hommes.
Nous sommes adversaires ... Pas ennemis. Merci d'en tenir compte.

Image
07/06 : 1 Carte chance => Une fiole guérissante. Ah.
Avatar de l’utilisateur
Domenico
 
Moshu: Igh-Hantei
Messages: 550
Inscrit le: Ven Mai 15, 2009 5:42 pm

Re: Recueil d'histoires anciennes

Messagepar Domenico » Jeu Juin 27, 2019 9:21 pm

Up >G


...

Bonjour à toi, ami fossoyeur. 10 années, un mois et 3 jours. Eh beh.
Nous sommes adversaires ... Pas ennemis. Merci d'en tenir compte.

Image
07/06 : 1 Carte chance => Une fiole guérissante. Ah.
Avatar de l’utilisateur
Domenico
 
Moshu: Igh-Hantei
Messages: 550
Inscrit le: Ven Mai 15, 2009 5:42 pm


Retour vers Histoires

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit

cron